Presses universitaires de la Méditerranée

Aller au contenu principal »

testbanner

Rechercher sur le site
Recherche avancée

 

 

Vous êtes actuellement sur :

Imaginaire, territoires, sociétés

Plus de vues

Imaginaire, territoires, sociétés

Contribution à un déploiement transdisciplinaire de la géographie sociale
Laurent Viala
,
Stéphane Villepontoux

dispoDisponible

25,00 €
Ajouter les articles au panier

La rencontre — session 2005 de l’École d’été de Géographie sociale — qui a conduit à la publication de cet ouvrage invitait les participants à placer l’imaginaire au contact du territoire dans une perspective de géographie sociale. Il s’agissait d’en apprendre un peu plus sur notre rapport à l’habiter, en quelque sorte, et d’affiner notre compréhension des formes prises par l’établissement humain dans le temps, ici et ailleurs, en essayant de transcender le réel pour apprécier au mieux les imaginaires mobilisés, les normativités à l’œuvre et la possibilité de s’en dégager. Au-delà des questions urbaines ou rurales, des modalités du vivre ensemble — c’est-à-dire des choix que la communauté retient pour organiser au mieux son quotidien et le pérenniser sur un mode équitable —, le territoire semble dépossédé de sa capacité à générer de lui-même des repères identitaires indispensables à la vie de ceux qui l’habitent. A cette approche classique de la territorialité, de la construction territoriale, du rapport des hommes à leur espace, paraît répondre une conception autre, plaçant la question territoriale au service de la formulation idéologique d’un être ensemble ayant toujours la transcendance pour vocation mais cette fois au prix d’une préfabrication. Tout cela passe par l’affirmation a priori d’un nouvel imaginaire pour le territoire n’hésitant pas par endroits à abuser de la réduction culturelle ou à outrepasser les cohérences sociales et politiques. Au-delà de la connaissance première de ces imaginaires, qu’il faut poursuivre, leur décryptage aurait pour ambition de révéler leurs effets sociétaux associés aux traductions spatiales inhérentes.


Les textes proposés traduisent particulièrement bien la tentation de toucher à cette part enfouie de la réalité et, dans le même temps, l’incapacité à en déterminer parfois les voies d’accès les plus adaptées. Une force encore latente anime cet ouvrage. Son contenu fera sens à celui qui voudra bien porter un regard critique sur la géographie, son épistémologie, son histoire et le rôle qu’elle entend jouer en sciences sociales.

2007, 16 x 24 cm, 500 p., ISBN : 978-2-84269-766-2.