Les nationalismes en Espagne

Les nationalismes en Espagne

Plus de vues

Les nationalismes en Espagne

De l’État libéral à l’État des autonomies (1876-1978)

Francisco Campuzano Carvajal

L’émergence des nationalismes périphériques à la fin du XIXe siècle signe l’échec des libéraux espagnols dans leur tentative, plus rhétorique qu’effective, de créer un État-nation sur le modèle de celui qui à la même époque atteint sa plénitude dans la France républicaine et jacobine...

Lire la suite

Broché, dos carré collé

20,00 €

Disponible

Description

Détails

L’émergence des nationalismes périphériques à la fin du XIXe siècle signe l’échec des libéraux espagnols dans leur tentative, plus rhétorique qu’effective, de créer un État-nation sur le modèle de celui qui à la même époque atteint sa plénitude dans la France républicaine et jacobine. Pour des raisons qui tiennent autant à son indigence économique qu’à son inefficience politique, l’État libéral apparut aux Espagnols comme une réalité toujours lointaine, souvent hostile, et en tout cas dépourvue de légitimité. Après l’échec de ce qui aurait pu être un nationalisme d’orientation démocratique, le nationalisme espagnol allait surtout prendre le visage autoritaire et répressif qu’on lui connu sous les dictatures de Primo de Rivera et de Franco. Ayant supprimé dans les condition que l’on sait l’autonomie accordée par la République à la Catalogne et au Pays Basque le régime franquiste allait miser, non sans quelque succès, sur une politique de renationalisation qui visait à faire de l’Espagne un pays économiquement intégré, administrativement centralisé et culturellement homogène. Mais il était évidemment illusoire de vouloir faire table rase de la personnalité culturelle des Basques et des Catalans et d’effacer de leur mémoire les expériences d’autonomie qu’ils avaient connues sous la République. La brutalité de la répression franquiste contribua, au contraire, à renforcer la légitimité des revendications nationalistes, si bien que la question des nationalismes allait devenir, tout comme en 1931, l’une des priorités de la transition démocratique. Voulant tourner la page de la confrontation entre les nationalismes espagnols et périphériques, les acteurs de la transition, en tout cas ceux qui ont élaboré la Constitution de 1978, en sont ainsi venus à créer cet État des autonomies qui chercher à concilier l’unité de l’Espagne en tant que nation et la reconnaissance du droit à l’autonomie des nationalités et régions qui la composent.

Caractéristiques de l'ouvrage

Caractéristiques de l'ouvrage

Poids 0.82 kg
Année de publication 2002
Format 16 x 24 cm
ISBN 978-2-84269-527-9
ISSN Non
Nombre de pages 392 p.
Éditeur Presses universitaires de la Méditerranée – PULM
Langue Français, Espagnol
Type ouvrage Broché, dos carré collé
Date de mise à disposition 1 janv. 2002
Auteur(s)

Détails

Francisco Campuzano Carvajal

Dans la même collection

Ce site utilise des cookies. En continuant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation. / This site uses cookies. By continuing to browse this site you are agreeing to our use of cookies. Pour en savoir plus / Find out more here.
x