Transport(s) in the British Empire and the Commonwealth

Transport(s) in the British Empire and the Commonwealth

Plus de vues

Transport(s) in the British Empire and the Commonwealth

Transport(s) dans l'empire britannique et le Commonwealth

Michèle Lurdos, Judith Misrahi-Barak

Collection « PoCoPages »

« Transport » est un mot d’une richesse et d’une ouverture étonnantes : ajouter un « s » à l’original le rend encore plus intéressant...

Lire la suite

Broché, dos carré collé

Épuisé

Description

Détails

‘Transport’ is a delightfully open word; adding an ‘s’ to the original makes it even more interesting. The participants in the Conference which was organized on this topic by the Cerpac, early November 2005 at the Université Paul-Valéry, Montpellier (France), explored several facets of the word. They started with ‘Means of transport’, in Australia, New Zealand and South Africa. They then moved to ‘Forced transport’, which dealt with West African slaves, Tasmanian Aborigines, Indo-Caribbean women and Japanese-Canadians. ‘Travel’ offered some gentler kind of transport, from India to South Carolina and the Tongan Islands. And the very same word offered a way of ‘Crossing Borders’ with the symbolism in Salman Rushdie’s or V.S. Naipaul’s novels, or the transfer of mentalities in the 18th century. All in all, we covered a lot of ground from beginning to end. And now, readers, just allow yourselves to be. . . transported.

« Transport » est un mot d’une richesse et d’une ouverture étonnantes : ajouter un « s » à l’original le rend encore plus intéressant. Début novembre 2005, un colloque a été organisé par le Cerpac sur le sujet à l’université Paul-Valéry, Montpellier (France), et ses participants explorèrent plusieurs facettes du mot. Ils débutèrent par « Moyens de transport », en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud : puis ils passèrent à « Transport forcé », où il fut question des esclaves d’Afrique de l’Ouest, des Aborigènes de Tasmanie, des femmes caribéennes d’origine indienne, et des Canadiens-Japonais. « Voyage » permit de se transporter de façon plus douce, de l’Inde à la Caroline du Sud et aux îles Tonga. Et le même mot offrit l’occasion de « Traverser les frontières », qu’il s’agisse du symbolisme dans les romans de Salman Rushdie ou ceux de V.S. Naipaul, ou du transfert des mentalités au XVIIIe siècle. Au total, depuis le début jusqu’à la fin, un grand espace d’étude fut parcouru. Il ne reste plus maintenant au lecteur qu’à se laisser... transporter.

Caractéristiques de l'ouvrage

Caractéristiques de l'ouvrage

Poids 0.72 kg
Année de publication 2007
Format 15 x 21 cm
ISBN 978-2-84269-767-9
ISSN Non
Nombre de pages 510 p.
Éditeur Presses universitaires de la Méditerranée – PULM
Langue Français, Anglais
Type ouvrage Broché, dos carré collé
Date de mise à disposition 1 janv. 2007
Auteur(s)

Détails

Michèle Lurdos, Judith Misrahi-Barak

Dans la même collection

Ce site utilise des cookies. En continuant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation. / This site uses cookies. By continuing to browse this site you are agreeing to our use of cookies. Pour en savoir plus / Find out more here.
x