Le goût du voyage à la Renaissance

Thierry Verdier

Voyages lointains ou au contraire déplacements de proximité, découverte de l’autre ou indifférence à la « différence », psychologie du voyageur et vie matérielle, imaginaires nomades et parcours balisés, ..., les modes d’appréhension du voyage sont multiples...

Physique
Broché, dos carré collé
19,00 €
Disponible Disponible

Voyages lointains ou au contraire déplacements de proximité, découverte de l’autre ou indifférence à la « différence », psychologie du voyageur et vie matérielle, imaginaires nomades et parcours balisés, ..., les modes d’appréhension du voyage sont multiples et il est pratiquement impossible d’en présenter, ne serait-ce que le contour, le temps d’un colloque. Le récit de voyage n’est d’ailleurs pas un genre littéraire mais bien une expérience littéraire, « une suite de récits enchâssés ». Le voyage n’est pas simplement un itinéraire mais au contraire engagement personnel.

Dans le cadre du château de Bournazel, cette thématique apparaissait presque naturelle. Jean de Buisson, le commanditaire du « nouveau château » au XVIe siècle, était déjà un grand voyageur. Par son métier de banquier, de prêteur sur gages et changeur, il se déplaçait souvent de son bureau de Toulouse pour se rendre vers ses comptoirs lyonnais, italiens ou flamands. Connaissant l’Italie avec une certaine précision, il décida de mettre ses connaissances, et surtout sa fortune, au service du roi de France, et arma une compagnie de 50 lances. Il devint ainsi chef de guerre, et arpenta les terres du royaume jusqu’aux confins du Luxembourg et du Piémont italien. Ses voyages « professionnels » devenaient des voyages guerriers. Mais au-delà du terrible des combats, l’Italie n’était pas seulement un champ de bataille. Elle débordait de trésors et « d’amabilité ». Si bien que s’opérèrent en Rouergue des transferts artistiques et culturels, dont Georges Philandrier pour l’architecture fut un sans doute le mentor, et dont Jean de Buisson pour un certain art de vivre fut peut-être le Pygmalion.

Le goût de voyage à la Renaissance est une réalité. Les très nombreux récits de voyage, les descriptions des « étrangetés », les transferts artistiques pour utiliser une formule globalisante, sont innombrables. Car partir à l’aventure c’est découvrir et dans le premier grand siècle de curiosité de l’histoire européenne, l’ailleurs fascine. On y découvre d’autres sociétés, d’autres objets du quotidien, d’autres œuvres d’art, mais surtout d’autres hommes, d’autres femmes, d’autres histoires amoureuses ou sensibles. C’est à ce voyage indiscret que nous convie ce colloque.

Plus d’information
Année de publication 2019
Auteur Thierry Verdier
Format 19x26
ISBN 978-2-9540039-9-3
Nombre de pages 134
Éditeur Presses universitaires de la Méditerranée – PULM
Langue Français
Type ouvrage Broché, dos carré collé
Date de mise à disposition 7 oct. 2020
Poids 0.440000
Thierry Verdier

Dans la même collection

---
Jean Félix Watin (présentation de T. Verdier)
Broché, cousu
23,00 €
Thierry Verdier
Coffret
69,00 €
Baby-Collin, Cortes, Faret, Guétat-Bernard
Broché, dos carré collé
42,00 €
Broché, cousu
29,00 €